Avant de débuter ce qui sera une série sur les (mes) déboires de la SNCF, présentons la victime.

Cyril, 21 ans, diplômé en Histoire et prépare le CAPES à Paris et venant d'un coin reculé des Alpes savoyardes.
[Ceci expliquera cela après...]
Pour transiter entre Albertville et Paris, j'utilise les services uniques et performants de la SNCF. Certes je pourrais prendre l'avion mais.. Pas d'aéroport à moins d'une centaine de kilomètres et moins intéressant pécuniairement.

Fidèle client, devrais-je dire même Très Fidèle client de la SNCF depuis mon enfance, je ne compte plus le nombre de trajets que j'ai pu faire.
Avant tout était simple quand j'étais plus jeune. C'était Papa, Maman ou les deux qui géraient les voyages, et qui subissaient le plus les retards quand il y en avait. Quand on est enfant, on se rend pas vraiment compte.
Avant 2000, la bonne époque des TGV oranges! Disparus depuis... Enfin le matériel n'a pas disparu, faut pas rigoler! C'est juste le 'pelliculage' comme ils appellent cela à la SNCF qui a changé. Pour faire simple, ils ont été repeints.. mais le matériel est le même! [Made in 1981 pour certains].

Las, parce qu'il faut commencer à parler de la chose qui fâche, un trajet est rarement ponctuel, du moins pour moi!
 Depuis que j'ai commencé à subir, c'est-à-dire vers l'âge de 14 ou 15 ans, mes premiers voyages seul, comme un grand, j'ai vu, entendu et vécu pas mal de choses, qui avec le recul me font sourire, mais qui dénotent un réel problème du rail français.